Rencontres fonds d’investissement / PME des Smartgrids – L’association Think Smartgids accompagne le financement de PME innovantes

Paris, le 17 mai 2016. L’association ThinkSmartGrids, sous l’égide de la Commission PMEs et Innovation et en partenariat avec l’AFIC, organise le 19 mai 2016 des rencontres entre les fonds d’investissement et les start-ups/PMEs de la filière française des smart grids,  un évènement destiné à promouvoir l’investissement d’avenir.

Invest in Smartgrids regroupera les PME sélectionnées au sein des pôles de compétitivité et de l’association, et  les fonds d’investissement intéressés pour des rendez-vous en one-to-one de 30 minutes.

Cette rencontre va permettre aux fonds d’investissement et aux acteurs du monde financier de participer au développement du marché des smart grids en France. Elle permettra aussi à une quinzaine de PME et start-ups des smart grids de créer de premiers échanges ou développer un suivi dans le cadre de projets de levée de fonds.

L’enveloppe de besoin en financement s’élève à environ 20 millions d’euros  pour accompagner des projets tels que des solutions de maîtrise d’énergie, des plateformes de modélisation et de simulation, des analyses de la performance énergétique du process industriel ou encore un service de prévision de la production solaire …..

Les rendez-vous seront suivis par une table ronde qui se concentrera sur le futur des marchés des réseaux électriques intelligents. La table ronde rassemblera plusieurs acteurs de la filière, et notamment Philippe Monloubou, président de l’association, Laure Reinhart, directrice des Partenariats Innovation BPI France, Sophie Paturle, présidente du Club CleanTech de l’AFIC et Hugues de Bantel, co- fondateur et DG de The Cosmo company.

Le programme :

De 15h30 à 17h30, les rendez-vous entre PME et Investisseurs,

De 17h30 à 18h30,  table ronde sur le marché des réseaux électriques intelligents,

A partir de 18h45, un cocktail de networking pour réunir tous les participants.

Rappel des chiffres clés de la filière

25 000 

Emplois directs en France d’ici 2020 (objectif)

6 milliards d’euros

de chiffre d’affaires dont 50 % à l’export (estimation de 2014)

30 milliards d’euros

Estimation annuel du marché mondial (estimation de 2014)

 

Publicités

Venez passer une nuit à l’Ecole normale supérieure on vous explique !

Paris, le 11 mai 2016. Pour la troisième fois l’Ecole normale supérieure,  le temps d’une nuit ouvre ses portes. Après la Nuit Sartre en 2013 et la Nuit des Sciences en 2014, cette année la Nuit Science et Lettres se décline autour du thème « Expliquer », le 3 juin 2016 à partir de 18h et jusqu’à l’aube.

L’amour et la mort, les bitcoins, l’immortalité en biologie, les simulations numériques, l’art contemporain et le post digital… pour essayer de comprendre ces  thématiques et d’autres encore, pendant toute une nuit les  enseignants, chercheurs, étudiants et artistes vont « Expliquer »… mais aussi montrer, transmettre, traduire, témoigner, autour de  conférences, débats, films, spectacles, théâtre, expositions, installations artistiques et speed-dating. L’objectif  de cette Nuit est de faire ressentir le plaisir de la recherche et de la découverte en sciences et lettres et de rendre accessible à tous des sujets complexes.

 Le programme complet : www.nuit.ens.fr, périscope, twitter, facebook

 Les partenaires

Ensad, ESPCI, France Culture, Institut Curie, l’Institut Français, Le Monde

 

Le déploiement à grande échelle des réseaux électriques intelligents devient une réalité

Paris, le 16 mars 2016. L’association professionnelle Think Smartgrids, créée en avril 2015 dans le but de développer la filière des réseaux électriques intelligents  et de la promouvoir en France et à l’étranger, se réjouit du choix  des Ministères de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer et de l’Economie, de l’Industrie et du numérique pour la mise en place industrielle des réseaux électriques intelligents en région. Think Smartgrids apportera sa contribution en collaborant à la mise en œuvre, aux déploiements et à la valorisation des projets  FLEXGRID, SMILE, YOU & GRID. Les  lauréats sont respectivement situés dans les régions PACA, Bretagne Pays de Loire et Nord Pas de Calais Picardie.

Le déploiement à grande échelle des réseaux électriques intelligents est un projet d’envergure, inédit sur le développement des smartgrids à l’échelle de plusieurs départements. C’est aussi  une mise en avant du savoir faire industriel français à l’international  en fédérant l’ensemble des acteurs des réseaux électriques intelligents autour d’un objectif commun : construire une vitrine technologique au service du développement des territoires.

Pour rappel, la mise en place d’un déploiement industriel avait été initiée dans le cadre du plan gouvernemental Réseaux Electriques Intelligents. Le déploiement à grande échelle de  solutions technologiques proches de la maturité industrielle  vise à poursuivre la  dynamique engagée par les nombreuses expérimentations menées sur  le territoire français, notamment les démonstrateurs soutenus par le Programme des Investissements d’Avenir.

L’objectif de ce déploiement à grande échelle, dans l’optique d’une généralisation au niveau national et à l’export, est d’organiser, dans les zones les plus adaptées, un ensemble cohérent de solutions réseaux électriques intelligents afin de mobiliser le plus efficacement les fonds publics et les investissements des opérateurs gestionnaires de réseaux.  Ces trois projets permettront de contribuer d’une part à accélérer le déploiement des réseaux électriques intelligents et de crédibiliser les solutions mises en œuvre par la filière industrielle française au profit d’une politique d’exportation ambitieuse.

Les modalités d’accompagnement des régions lauréates sont les suivantes:

Les trois territoires pourront bénéficier du financement du fonds Projet d’Investissement d’Avenir (50 M€ au total) pour les actions en aval des compteurs électriques : efficacité énergétique, pilotage de la consommation électrique…

–  Les projets Flexgrid et Smile pourront, en outre, bénéficier d’une enveloppe totale d’investissements de 80 M€ des gestionnaires de réseaux RTE et ERDF, pour le déploiement d’une vitrine industrielle française des technologies de réseaux électriques intelligents, à l’amont des compteurs, adaptée aux spécificités de chacun des deux dossiers.

Enfin, le projet de la Martinique Smart Community Nord, non lauréat, fera l’objet d’un accompagnement adapté dans le cadre de la mise en œuvre de la programmation pluriannuelle de l’énergie  de la Martinique compte tenu des enjeux de gestion des réseaux électriques et de stockage de l’énergie en outre-mer.

L’association Think Smartgrids est heureuse de pouvoir  accompagner tous ces projets innovants tout au long de  leur déploiement grâce à son expertise et à sa vision nationale du smartgrid en France.

Cendrecor récompensé aux Trophées de l’agro-écologie

Le 3 mars 2016. L’association Cendrecor qui regroupe le site de Saillat d’International Paper, 80 agriculteurs et les chambres d’agriculture de Haute-Vienne et de Charente a reçu des mains du ministre de l’agriculture un des trophées de l’agro-écologie pour son programme CASDAR CENDRECOR.

En effet, le ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt avec le soutien du Crédit agricole, ont mis en place les « Trophées de l’agro-écologie » dont l’objectif est de récompenser, dans la dynamique du projet agro-écologique pour la France, les démarches innovantes, exemplaires d’une agriculture performante économiquement, écologiquement et socialement.

Cendrecor permet la valorisation des cendres de la chaudière à écorces de l’usine de papier d’International Paper sur les terres agricoles. Sur 10 000 tonnes de cendres produites annuellement par la chaudière à écorces d’International Paper, environ 90 % sont utilisées comme amendement par plus de 80 agriculteurs sur plus de 10500 hectares. Les cendres ont permis de redresser l’état calcique de sol et d’implanter des fourrages protéiques et des protéagineux nécessaires à l’alimentation des animaux.

Le trophée 2015 récompense ce groupe qui souhaite aller plus loin et expérimenter collectivement de nouveaux itinéraires culturaux pour viser l’autonomie protéique complète et diminuer le niveau d’intrants utilisés en s’inscrivant dans une démarche d’excellence environnementale.

Dans le prolongement de cette dynamique plusieurs projets sont à l’étude : le collectif réfléchi à la possibilité de développer une unité de méthanisation collective pour sécher la luzerne et produire à la ferme l’essentiel des aliments pour animaux. La force du groupe est également d’avoir su élargir la démarche au-delà des questions strictement agricoles en s’ouvrant sur d’autres dimensions : production de pommes de terre pour la banque alimentaire, partenariat avec les apiculteurs et les chasseurs pour allier renouveau cultural et biodiversité.

Ernest Sorin, Président de Cendrecor explique: « Ce trophée 2015 est pour Cendrecor la garantie de voir ces actions passer de l’expérimentation à l’exemplarité. Les cendres de bois recyclées ont permis d’introduire des luzernes et des trèfles dans nos champs, de maintenir sainement nos troupeaux ovins et bovins sur nos territoires, d’allier économique et biodiversité sur nos exploitations. Au final ce pari réussi de la valorisation agricole des cendres c’est une agriculture au service de notre territoire créatrice de liens social et de dynamisme économique. »

Philippe d’Adhémar, Directeur du site de Saillat- International Paper poursuit : « Ce projet illustre la performance et l’innovation d’un groupe d’industriel sur des projets locaux et à quel point l’action concertée est source de dynamisme économique et social ».

Xavier Desouche Président de la CA16 : Les Chambres d’agriculture de la Charente (CA16) et de Haute Vienne (CA87) sont aux côtés de CENDRECOR depuis plusieurs années : cela offre une belle perspective socioéconomique et environnementale pour le territoire local. Et Jean Marie DELAGE Président de la CA 87 de poursuive : au travers de l’utilisation de cendres et de carbonates, les agriculteurs de CENDRECOR ont profité des améliorations agronomiques sur les parcelles pour aller plus loin dans la réflexion sur la conduite de leurs fermes et en cherchant à tendre vers une autonomie alimentaire et protéique sur des exploitations essentiellement liées à l’élevage.

Les acteurs des réseaux électriques intelligents votent leur charte éthique et se donnent un plan d’action pour 2016

Paris, le 29 janvier 2016. L’association professionnelle Think Smartgrids, créée en avril 2015 dans le but de développer la filière des réseaux électriques intelligents en France et de la promouvoir à l’étranger, a tenu le 28 janvier sa première Assemblée Générale extraordinaire afin d’adopter sa charte éthique, d’y adapter ses statuts et présenter son plan d’action 2016

Afin de travailler dans le respect du droit de la concurrence, Think Smartgrids s’est dotée le 28 janvier d’une charte éthique, qui permettra à ses 80 membres de bénéficier de règles claires de collaboration.
2015 année de construction
M. Monloubou, président du directoire d’ ERDF et président de Think Smartgrids, a rappelé que l’association avait atteint ses objectifs pour 2015 : se structurer en finalisant sa gouvernance ; déployer de la visibilité pour ses membres à l’échelle nationale et européenne en se dotant d’une marque ; créer des commissions thématiques pour développer les réflexions communes ; promouvoir le savoir-faire de ses membres en participant à la European Utility Week de Vienne et à la COP21 ; et encourager l’innovation en participant au concours jeunes pousses destiné aux PME. Enfin, l’association a labellisé quatre campus français qui souhaitent créer une plateforme commune et distribuée de recherche : Saclay, Grenoble, Sophia Antipolis et Lille.
Ainsi, l’association a permis de finaliser en partie ou complètement les dix actions du plan « réseau électrique intelligent » initié en 2014 à la demande du gouvernement.

2016 année de mise en oeuvre

En 2016, l’association poursuivra sa mission autour de 3 axes
  •  Identifier les marchés cibles et les savoir-faire existant en France et à l’international. Elle participera notamment à l’African Smart Grid Forum en mars prochain, mais aussi à la prochaine édition de la European Utility Week à Barcelone en Novembre.
  • Décrire les savoir–faire des membres, en s’appuyant sur les résultats des démonstrateurs, travailler avec des domaines connexes pour présenter une offre intégrée. L’association participera activement à la dynamique des projets smart grids en région afin de faciliter l’engagement de tous et apporter une vision globale.
  • Développer les synergies entre ses membres, notamment une  journée open innovation PME/ grands groupes et une journée « Invest in Smartgrids » pour les investisseurs. Elle co-organisera par ailleurs un colloque international consacré aux smart grids : « du smart grid à la smart city » qui aura lieu les 17 et 18 octobre prochains à Paris.
  • Au-delà de ce plan d’action, les commissions formation, conseil scientifique, PME&Innovation, international, et le groupe de travail relations institutionnelles poursuivront leurs travaux initiés en 2015.

Rappel des chiffres clés de la filière

1

Vitrine du savoir faire français en région

Appel d’offres (candidats : Bretagne/Nord Pas de Calais/Paca…) doté de 300 millions d’euros pour le déploiement à grande échelle

4
Campus Smartgrids pour constituer une plateforme nationale de recherche, de formation et d’innovation REI : Paris Saclay, Sophia Antipolis, Grenoble, Lille (pole Médée)

100
Démonstrateurs en région pour des expériences smartgrids

85 millions d’euros
De soutien aux démonstrateurs via le Programme des investissements d’avenir

80
Le nombre de membres adhérents de l’association 2016

25 000

Emplois directs en France d’ici 2020 (objectif)
6 milliards d’euros
de chiffre d’affaires dont 50 % à l’export (estimation de 2014)

30 milliards d’euros
Estimation annuel du marché mondial (estimation de 2014)

L’Ecole normale supérieure ouvre ses portes

Pour la 1ere fois, L’École normale supérieure ouvre ses portes et donne rendez-vous le 13 février 2016 aux lycéens, aux étudiants et à leurs parents pour découvrir l’École ses voies d’accès, ses formations et ses débouchés.

Les directeurs des études, les enseignants, les élèves guideront les visiteurs le temps de cette journée et répondront à leurs questions. Ils présenteront la vie de l’école mais aussi les formations, de la licence au doctorat des 15 départements de l’École normale supérieure: Biologie, chimie, Économie, Études cognitives, Géographie, Géosciences, Histoire, Histoire et théories des arts, littératures et langages, informatique, Mathématiques, Philosophie, Physique, Sciences de l’Antiquité, Sciences Sociale.  

On peut rentrer à l’ENS et sans passer par une classe préparatoire
Au-delà du concours exigeant réussi par 5 %  des élèves des classes préparatoires, il est possible d’intégrer Normale’Sup tout au long du  cursus universitaire.
Chaque année, un second concours, sur dossier et entretien permet de recruter 120  étudiants de l’Université, de grandes écoles ou de prépas. Les étudiants suivent le même parcours que les élèves sans toutefois percevoir avoir de salaire ni être soumis à l’obligation décennale.
L’ENS Ulm recrute aussi au niveau un Bac+5 pour y préparer une thèse.
Il y a enfin les masters ou  doctorats cohabilités avec l’ENS Ulm: les étudiants reçoivent un diplôme décerné par plusieurs entités universitaires dont l’ENS Ulm.

On peut choisir son cursus 
Quelle que soit la discipline d’entrée d’un normalien, il choisit et organise son cursus en fonction de ses compétences et ses aspirations , avec l’aide de son tuteur, tout au long de sa scolarité. Un élève entré en économie, peut sortir agrégé de philosophie, et commencer une thèse en sciences cognitives.

L’ENS est une école  Internationale
Les élèves effectuent en master des stages à l’étranger et l’École normale supérieure a conclu plus de 200 partenariats avec des universités sur les 6 continents. L’École accueille chaque année 250 étudiants étrangers.

De nombreux débouchés possibles
Les deux tiers des élèves s’orientent vers l’enseignement supérieur et la recherche, mais la formation des étudiants à l’École normale supérieure fondée sur la recherche offre des débouchés variés. Selon les parcours, créer une start-up, entrer dans une école d’art, préparer les concours de l’administration, sont autant de possibilités ouvertes par l’ENS à ses élèves.

Marc Mézard, directeur de l’École normale supérieur insiste : « Nous espérons avec ces premières portes ouvertes changer la perception de l’École. Les étudiants vont découvrir la richesse de nos formations. Ils vont aussi réaliser les nombreux débouchés possibles.  »

Au programme : 
De 10h à 18h
Visite de l’École, avec un départ par heure, guidée par les élèves

11h00 15h00 17h00
Rencontre avec les directeurs des études des départements, et session de  questions et réponses

Le matin
Table ronde enseignants et élèves : Que fait-on à l’École normale supérieure ?
Table ronde enseignants et élèves : Une formation internationale
Table ronde anciens élèves : Les débouchés

L’après-midi
14h à 16h et de 16h à 18h
De nombreuses conférences courtes : « étudier les arts », « étudier la physique », etc.
Des guichets d’enseignants, de directeurs de départements, …
Rencontre avec les élèves sur la vie de campus
Renseignements : direction.etudes@ens.fr
La visite est ouverte aux classes de terminale sur rendez-vous

Rey la marque simple et efficace d’International Paper

21 décembre, 2015 — Acteur majeur du marché de la ramette, International Paper modernise et développe sa marque historique Rey pour poursuivre son développement européen avec une marque usine forte. L’utilisation de la ramette est au cœur du nouveau positionnement de marque.

REY est la marque avec laquelle il est facile de travailler au quotidien, positionnement traduit par la nouvelle signature « REY une marque simple et efficace ». Le nouveau packaging Rey modernisé, confirme la simplicité d’utilisation par une mise en avant claire des applications du produit. Les solutions de packaging innovantes sont étendues à toute la gamme : l’ouverture facile de la ramette pour Rey Office,   l’emballage refermable de Rey Superior, Text&Graphics et Adagio, l’emballage transparent de Rey Adagio, la caisse 2500 feuilles de Rey Copy, Light, Office et Superior. Et pour terminer, des nouveautés, comme la caisse Rey Office en format A3 désormais disponible en 3 et 5 ramettes.

Rey est une marque de confiance, fabriquée en France dans son usine de Saillat sur Vienne dans le Limousin, un des sites les plus performants au monde pour ses émissions de CO2 et qui possède les certifications françaises et européennes le plus exigeantes : Origine France Garantie, Ecolabel Européen, FSCÒ et PEFCÔ.

Comme l’explique Cécile Boureau, Brand Manager Rey  : « Offrir des solutions pour faire de Rey la marque simple et efficace est un processus continu. » et poursuit :  « Nous sommes en permanence à la recherche d’innovations produit et service pour nos partenaires distributeurs et pour les utilisateurs de nos produits. »

Pascal Péquin directeur commercial France / Benelux : La marque Rey est vendue dans 12 pays européens et International Paper veut consolider sa présence par une offre de marques usine fortes et reconnues. Cette stratégie traduit l’engagement du Groupe à long terme sur le marché du papier non couché sans bois.

rey_text_graphics_a4_100g_2016_