Les enfants peuvent-ils dépasser le blocage du « je ne comprends rien »?

Air renfrogné, regard implorant et enfant qui s’agite sont les premiers signes pour les professeurs des écoles que l’élève ne comprend pas la leçon de grammaire ou de mathématique du jour.

Paris Montagne qui organise son de festival de Sciences du 20 au 23 juillet « Tout sur le rien ! Un festival plein de sciences » a posé 4 questions à une centaine d’enseignants* : derrière la petite phrase « Je ne comprends rien » les enfants refusent-ils de comprendre ? Comment gèrent-ils cette incompréhension ? Comment expliquent-ils la science et le « rien » ? Et eux-mêmes comment voient-ils le « rien » ?

Tous sont d’accord sur un point : non, les enfants ne refusent pas de comprendre. En disant cette petite phrase ils cherchent surtout à conjurer leurs angoisses, la peur de se tromper, du ridicule devant les petits copains. Parfois les enfants ne veulent juste pas faire un effort à un instant T ou tout simplement ils n’ont pas compris du premier coup et se bloquent. Un « Je ne comprends rien » peut aussi cacher dans certains cas un conflit de loyauté vis à vis de parents non diplômés.

Quand l’enseignant demande à l’enfant de reformuler ce qu’il n’a pas compris pour reprendre le cours différemment, il s’aperçoit que l’élève n’a pas rien compris, mais un détail lui échappe et le monde s’écroule.

Alors quels sont leurs trucs et astuces pour mieux appréhender un sujet ?
Le jeu et la manipulation ont les faveurs des enseignants et permettent souvent de rendre intelligible le « rien ». L’utilisation du TBI (Tableau Blanc Interactif) est un outil assez fréquent. Mais l’une des solutions qui se révèle efficace : demander à un enfant de la classe d’expliquer.

Et la science et le rien ? Les trous noirs et autre zéro absolu comment l’expliquent-ils ? Nous touchons un point sensible : pour les deux tiers des enseignants interrogés, le sujet est complexe, abstrait voire une abomination.

En tant qu’adulte quels sont les domaines où l’on ne comprend rien ? Une réponse quasi-unanime : les domaines qui ne nous intéressent pas, ou dont nous n’avons pas besoin.

Et en tant qu’élèves ont-ils eu le sentiment de ne « rien comprendre » ? Oh que oui et cela les a marqués. Le sentiment de n’être pas à la hauteur, de se sentir bête ils l’ont aussi connu.

Pour rappel :

« Festival de sciences du 20 au 23 juillet »

Tout sur le rien ! Un festival plein de sciences

Se mesurer au rien pour mieux le voir

Vous ne voyez rien ? Vide quantique, anti-matière, zéro mathématique, micro-organismes, probabilités nulles, trous noirs, invisible, infiniment petit, résultats négatifs, …Pourtant il y a tant à voir.

Pour la 6e année consécutive, l’association Paris Montagne donne rendez-vous à tous les curieux de sciences et d’innovation à l’Ecole Normale Supérieure pour son Festival de sciences qui se tiendra à Paris au sommet de la montagne Sainte-Geneviève, rue d’Ulm.

Pendant quatre jours les intervenants du festival vont essayer de nous démontrer qu’il suffit d’apprendre à regarder pour trouver une signification à ce qui ne rime à rien. En effet, ce rien peut-on l’observer, le décrire ? Le sentiment du rien ne serait-il qu’une question d’échelle, de mesure et de perception ? Il semblerait que les scientifiques, pour leur part, y trouvent matière à penser.

Peur de rien ! Ouvrez bien vos yeux et venez découvrir des expériences, remettre en question votre bon sens car Il suffit d’un rien pour pour perturber le calme et produire de grands effets.

L’association Paris Montagne est née en 2006 à l’initiative d’étudiants et de chercheurs de la Montagne Sainte-Geneviève avec comme objectifs :

· d’’éveiller les passions pour la science et la recherche

· de lutter contre la désaffection des filières scientifiques et les phénomènes d’autocensure dans la poursuite d’études supérieures

· de renouer le lien entre recherche et société

· de créer une communauté dynamique, jeune et soudée par la passion des sciences.

Elle cible son action en direction des jeunes dont l’accès au monde de la recherche et de la science est limité. Au travers de différentes activités, elle invente un espace où les jeunes peuvent dialoguer directement avec les chercheurs.

En plus du Festival annuel, le programme Science Académie offre aux élèves de lycées appartenant aux Réseaux d’Éducation Prioritaire d’effectuer des stages en laboratoires de recherche (publics et privés) et en hôpital. Via ce programme, l’association propose un accompagnement personnalisé, un soutien à leurs projets (club de sciences, journal scientifique), des activités tout au long de l’année (semaine d’activités thématiques, visite d’institutions culturelles et scientifiques, réunion d’orientation, conférences-débats…)

Contact Presse

Martine Savary

01 42 74 02 38

06 64 25 66 59

presse@paris-montagne.org

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s