Rentrée anticipée pour 140 lycéens à L’École normale supérieure du 21 au 28 août 2017

Dans le cadre de son programme d’ouverture sociale TALENS*, l’École normale supérieure accueille pendant une semaine 140 élèves rentrant en classe de Terminale générale en septembre 2017 (filière scientifique, littéraire ou économique et sociale). L’ENS par l’intermédiaire de son pôle PESU (Programmes pour l’Egalité Scolaire et Universitaire), perpétue ainsi son engagement pour la diffusion des savoirs et l’accessibilité des publics.

Une semaine pour développer des méthodes de travail efficaces
Durant ce séjour entièrement gratuit, les 140 élèves, issus de 10 lycées partenaires dans les académies de Paris, Créteil et seront encadrés par des tuteurs élèves de l’Ecole normale supérieure. Un programme intensif attend les lycéens. En effet, ils participeront à 6h de cours par jour,  de 8h à 18h30, avec deux types de séances différentes :

  • des cours du niveau de la Terminale générale pour aider les élèves à prendre conscience en amont des difficultés auxquelles ils auront à faire face à partir de la rentrée.
  • Des cours dédiés à l’acquisition de méthodes de travail et d’organisation efficaces que les élèves pourront réinvestir dans leur travail personnel de l’année.
Un tutorat hebdomadaire pour accompagner les 140 lycéens sur leur année scolaire
Ils sont ensuite suivis pendant leur année de Terminale dans le cadre d’un tutorat hebdomadaire assurés par des étudiants de l’Ecole normale supérieure. L’objectif de ce tutorat est de préparer les lycéens à la méthodologie et aux exigences de l’enseignement supérieur pour les aider à y entrer et à y réussir. En complément de l’action des tuteurs, les élèves reçoivent des cours de théâtre d’improvisation pour travailler leur aisance à l’oral, ainsi qu’informations et suivi individuel sur l’orientation.

Deux nouveautés en 2017 
TALENS accueille également 6 bacheliers qui intègrent des CGPE. Ces étudiants ont suivi le cursus TALENS pendant 2 ans. Ainsi 3 d’entre eux seront en A/L, 2 en MPSI et 1 en BCPST.
Pour la première fois également, le programme reçoit des étudiants invités du programme PEI. Ces 9 étudiants auront des cours spécifiques de FLE mais ils intégreront également les cours de méthodologie des lycéens.
Le programme TALENS a démarré il y a 10 ans à l’initiative d’un groupe d’élèves, soutenus par la direction de l’ENS, pour accompagner les élèves issus de milieux modestes aux exigences de l’enseignement supérieur. A ce jour plus de 1500 lycéens ont bénéficié du dispositif et plus de 1000 lycéens ont participé au campus.

Marc Mézard, directeur de l’Ecole normale supérieure rappelle  ainsi l’engagement de l’ENS dans le programme TALENS : « En tant qu’établissement d’enseignement supérieur, formant de futurs enseignants chercheurs, l’Ecole est particulièrement attentive aux enjeux liés à l’éducation et à choisi de mettre en place des dispositifs originaux qui complètent les enseignements du lycée sans s’y substituer. »

Au-delà de l’ENS, d’autres  établissements de l’Université Paris Sciences&Lettres sont engagés pour l’ouverture sociale :

Mines ParisTech : avec le Programme Les cahiers verts (collèges / formation entreprise, Lycée / Tutorat, classe prépa / parrainage)
Les Ecoles d’art avec le Programme AIMS  formation d’Artiste Intervenant en Milieu Scolaire (AIMS)
L’Université Paris –Dauphine  avec le  Programme « Egalité des chances »

*TALENS : Tutorat d’Accompagnement Lycéen de l’Ecole normale supérieure

Publicités

Quelles sont les compétences attendues en matière de Smartgrids par les industriels ?

Paris, le 8 juin 2017. L’association Think Smartgrids qui a pour objectif de développer la filière Réseaux Electriques Intelligents (REI) en France et de la promouvoir en Europe comme à l’international,  a dévoilé son étude sur les compétences attendues par les industriels en matière de smartgrids.

La France se place en tête de file en Europe dans les smartgrids et détient 10 % du marché mondial grâce à un éco système complet d’entreprises composé de start-ups, PME, grands groupes qui génèrent un chiffre d’affaires de plus de 3 milliards d’euros.

Les smartgrids représentent une rupture technologique dans le monde de l’énergie avec des besoins nouveaux en termes de réglementation et de nouvelles technologies. Aujourd’hui les profils que cherchent à recruter les entreprises doivent s’adapter à ce nouveau modèle.

La commission formation de Think Smartgrids, présidée par Nadia Maïzi, Professeure et directrice de Laboratoire de recherche à MINES ParisTech, et son rapporteur  Ronald Kubelec, Directeur Technologie et Innovation au sein de la division Energy Management de Siemens France ont interrogé les membres de l’association.  16 entreprises ont répondu, qui représentent près de 2300 emplois dans les smartgrids et interviennent aussi bien dans le stockage, l’IT, l’intégration d’ENR… Cette enquête a débouché sur une catégorisation  des compétences attendues des industriels notamment en cybersécurité / Big Data / Intelligence Artificielle/ règlementation/ Analyse des impacts environnementaux.

Comme l’indique Ronald Kubelec «  il ressort de l’étude que les entreprises cherchent des ingénieurs avec des doubles compétences, par exemple flexibilité du réseau et big data. »

Les entreprises interrogées ont l’intention de recruter, en 2018, plus de 300 personnes avec à la clé des rémunérations de 22 à 33 K euros pour les techniciens et de 30 à 50 K Euros pour les ingénieurs.

Nadia Maïzi poursuit « C’est aussi pour cette raison qu’il est important de coordonner notre travail avec le monde académique.» Think Smartgrids a également dressé une cartographie des formations existantes en France, auxquelles sont décernées une accréditation par l’Association Think Smartgrids.

A ce jour 31 formations 3 BTS, 6 Licences et 22 Mastères ont été recensées dans les plus Grandes Ecoles ( Centrale Supelec,  Ecole des Hautes Etudes d’Ingénieurs de Lille, Mines ParisTech…) et Universités (Paris-Diderot, Grenoble INP/ENSE 3,..)  Elles allient en partie des domaines tels que les systèmes électriques, les TIC, les aspects règlementaires et sociétaux.

Toutes les données : Cartographie complète

 

L’association Think Smartgrids signe ses deux premiers partenariats en Asie du Sud Est

Paris, le 30 mars 2017. Dans le cadre du voyage du Président de la République française en Asie du Sud Est, Philippe Monloubou, Président de l’association Think Smartgrids, et membre de la délégation de chefs d’Entreprise, vient de signer deux conventions pour de futurs projets de Recherche et Développement et de formation : l’une avec PLN, le grand électricien indonésien et l’autre avec Nanyang Technological University (NTU) de Singapour, classée parmi les 15 premiers établissements d’enseignement supérieur dans le monde

L’expérience de la filière française des smart grids au travers de ses 120 démonstrateurs et le déploiement à grande échelle des programmes Flexgrid, SMILE et   You & Grid qui sont actuellement développés en France trouvent un parfait écho au travail de l’université et au besoin d’accompagnement de PLN.

L’université NTU qui développe via le démonstrateur Renewable Energy Integration Demonstrator – Singapour (REIDS), une plateforme R&D spécialement conçue pour une énergie renouvelable et accessible à tous en Asie du Sud-Est, peut avec Think Smartgrids trouver un appui sur des activités smartgrids et microgrids et leur développement en Asie.

Dans le cadre du Memorandum of understanding (MoU) signé avec l’indonésien PLN, Think Smartgrids formera 20 ingénieurs de PLN en France sur les smart grids et les aidera à réaliser une étude de faisabilité sur les iles indonésiennes en matière d’implantation d’un système smart grids complet.
Ce deuxième MoU, signé en présence de Jean-Yves Le Drian, Ministre de la Défense et Président de la région Bretagne, ainsi que de Christophe Sirugue, secrétaire d’Etat, chargé de l’Industrie, du Numérique et de l’Innovation fait suite à un rapprochement de l’Indonésie et de la France sur le développement des ENR et leur intégration sur les réseaux électriques.

Ce partenariat avec PLN renforcera les relations entre la France et l’Indonésie sur les activités en matière de réseaux électriques intelligents en coopérant sur des actions communes.

Les technologies du smart grids, en intégrant davantage d’énergies renouvelables, en développant l’efficacité des réseaux et en permettant une consommation maitrisée participent à la lutte contre le changement climatique.
Philippe Monloubou : « Nous sommes ravis de ces premiers partenariats à l’international. » Et poursuit : « La France a un savoir-faire unique sur l’ensemble de la chaîne de valeur smartgrids de la transmission à la distribution qui incluent l’intégration des énergies renouvelables, le stockage, les micro grids aussi bien sur le continent que sur des iles.  Ce sont aussi de belles opportunités qui s’ouvrent pour les entreprises partenaires de l’association. »

Comment soutenir et encourager la recherche et le développement pour l’éducation tout au long de la vie ? Les principaux axes du rapport “Vers une société apprenante”

Paris, le 27 mars 2017

François Taddei – co-fondateur et directeur du Centre de Recherches Interdisciplinaires (CRI) – s’est vu confier par la Ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Najat Vallaud-Belkacem, une mission d’étude visant à améliorer la qualité des apprentissages tout au long de la vie et à faire de la France une société apprenante, le 26 Septembre dernier. Cette mission s’est basée à la fois sur une large concertation scientifique et institutionnelle et sur un débat public en ligne sur le site apprendredemain.fr

La mission a consisté à, tracer des perspectives de ce que pourrait être une véritable R&D de l’éducation tout au long de la vie, c’est-à-dire une recherche et développement – comprise comme un investissement d’avenir – permettant d’améliorer la qualité et l’efficacité du système éducatif et de « faire que la France devienne une société réellement apprenante. Une société où tous les potentiels individuels et collectifs se réalisent grâce à une formation de qualité dès la petite enfance et tout au long de la vie ».

La réflexion s’est concentrée sur les leviers et les environnements pouvant favoriser le développement personnel et professionnel à tous les âges et permettre l’engagement et la réussite de tous.

Une liste de 10 propositions émane du rapport. Si elles ne résument pas l’ensemble des mesures nécessaires au changement de culture attendu, elles représentent des leviers décisifs, sélectionnés en fonction des critères suivants :

  • ambition et contribution à la mise en place d’une société apprenante

  • faisabilité technique et financière

  • acceptabilité et appropriation par les différents acteurs

  • mesures qui individuellement peuvent avoir un impact positif via un effet de levier aussi important que possible

  • complémentarités des mesures qui, combinées, peuvent contribuer au changement systémique nécessaire.

Comme l’indique François Taddei en se fondant sur le rapport de la Stratégie Nationale de l’Enseignement supérieur : « Inventer l’éducation supérieure du XXIe siècle suppose de passer à une pédagogie active, intégrant les apports du numérique et appuyée sur la recherche, qui pourrait bénéficier d’un grand programme de recherche sur la société apprenante. La transformation du rapport du savoir dans l’ère numérique implique des évolutions importantes dans la manière d’enseigner : l’usage du numérique doit être systématisé dans les formations et l’évaluation des étudiants. C’est aussi un renforcement des activités collaboratives, favorisant le travail en équipe, et contributives, qui est proposé. Tout ceci suppose que le système devienne plus agile, et en particulier adopte la « culture du oui », pour favoriser les expérimentations et l’innovation. »

Les orientations du rapport donneront lieu prochainement à des échanges dans les académies et avec les acteurs de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Elles serviront notamment pour la préparation des appels à projets qui seront lancés avec l’appui du nouveau programme des investissements d’avenir qui pour la première fois a mis en avant l’innovation pédagogique dans la formation initiale et identifier des moyens nouveaux pour soutenir la création de territoires d’innovation pédagogique dans l’enseignement scolaire et dans l’enseignement supérieur.

La vision d’une société apprenante pour notre pays et les 10 propositions du rapport seront présentées le 28 Mars lors d’une conférence internationale à L’Institut Pasteur. Près de 350 participants poursuivront les travaux en ateliers collaboratifs pour dégager des pistes concrètes d’action.

La synthèse du rapport :
Vers une société apprenante

En savoir plus :

Vidéo de présentation

Accès direct à la plate-forme de débat

9e édition de Professeurs en entreprise, c’est parti ! Plus de 200 sites industriels et technologiques ouvrent leurs portes

Paris le 19 octobre 2016. Les 9, 16, 18,23 et 25 novembre 2016, plus de 200 sites industriels de recherche, d’innovation ou de production dans toute la France ouvrent leurs portes à plus de 1200 enseignants, conseillers d’orientation, chef de travaux, chefs d’établissements…curieux de découvrir le monde industriel et ses innovations.

Cette initiative créée par la Fondation C génial, offre, le temps d’une journée ou d’une demi-journée, aux enseignants et aux autres cadres de l’Education national la possibilité de mieux connaitre les entreprises scientifiques et technologiques de leur région par des visites de sites et de rencontres avec des professionnels : directeurs de sites, ingénieurs, techniciens, chercheurs, responsables de Ressources humaines…

Ces visites apportent aux participants un enrichissement personnel et professionnel qui leur permet :

  • de développer une culture de l’entreprise et une meilleure connaissance des métiers,
  • de pouvoir transmettre aux élèves une connaissance de l’entreprise et du monde professionnel,
  • de démarrer des relations avec une entreprise pour réaliser des projets scientifiques (type concours C genial), placer des élèves en stage ou accueillir des ingénieurs ou techniciens en classe pour témoigner auprès des élèves.

Comme l’indique Hélène Chahine, Déléguée générale : « En favorisant les liens avec l’Ecole et l’Entreprise, tous ces acteurs rendent possible une dynamique qui contribue à une meilleure insertion professionnelle des jeunes et de rendre leur enseignement plus concret. »

Les inscriptions mode d’emploi
A partir du 15 septembre sur le site de la fondation www.cgenial.org

Liste des académies participant à Professeurs en entreprise : Aix-Marseille, Besançon, Bordeaux, Clermont, Créteil, Grenoble, Lille, Lyon, Montpellier, Nancy-Metz, Nantes, Nice, Orléans Tours, Paris, Poitiers, Reims, Rennes, Rouen, Strasbourg, Toulouse et Versailles.

À propos de la Fondation C.Génial
La Fondation C.Génial, reconnue d’utilité publique, a été créée en 2006 par six grandes entreprises : Areva, la Fondation Airbus, Orange, Schlumberger, SNCF et Technip. Face au désengagement des jeunes pour les filières scientifiques et techniques, ces entreprises se mobilisent afin de les sensibiliser aux sciences et de leur faire découvrir les métiers associés. Des objectifs multiples et complémentaires : – Promouvoir la diversité des métiers scientifiques et faire naitre des vocations, chez les filles et chez les garçons ; – Développer des échanges entre le milieu de la science et des entreprises ; – Illustrer l’enseignement des sciences au collège et au lycée avec des exemples d’applications en entreprise ; – Impliquer ingénieurs et techniciens des entreprises dans la mise en valeur de leur métier ; – Informer les jeunes sur les grands enjeux de société liés à l’avancée des sciences et des technologies. Grâce à l’engagement des professionnels du monde de l’enseignement et de l’entreprise, nous mettons en place plusieurs actions phares « Ingénieurs et techniciens dans les classes », « Professeurs en entreprise » et le « Concours C.Génial ». http://www.cgenial.org/

 

Passeport Avenir lance un MOOC pour transformer le regard sur le leadership

Paris, le 10 octobre 2016 – Passeport Avenir, avec l’appui d’Accenture et en partenariat avec l’EDHEC, l’ESSEC et le CNAM, lance le MOOC : “Les clés du Leadership Positif”. Destiné à lever les phénomènes d’autocensure, il vise à encourager les jeunes issus des milieux populaires à progresser en confiance, et se projeter dans les fonctions de leadership au sein des entreprises, pour obtenir, demain, plus de diversité dans les équipes dirigeantes.

Premier MOOC associant conjointement plusieurs écoles partenaires, “Les clés du Leadership Positif“ fait le choix de la plateforme innovante Didask, proposant à l’apprenant un parcours à la carte, fondé sur l’apprentissage par l’erreur. Elaboré grâce à un mécénat de compétences d’Accenture, qui a aidé Passeport Avenir dans la gestion de l’ensemble du projet et le développement du contenu, il bénéficie d’une triple caution pédagogique d’experts de l’EDHEC, de l’ESSEC, et du CNAM.

 A la fois théorique et pratique, ce MOOC démystifie la posture du leader, explore – au-delà des stéréotypes – les différents profils et styles de leadership possibles, et invite chacun à réfléchir sur le rôle et les outils du leader pour exercer un leadership positif et être un acteur du changement dans les entreprises. “La question de la diversité doit se poser à tous les niveaux de l’organisation, y compris au sein des plus hautes fonctions de l’entreprise. En tant que dirigeant d’une grande entreprise, je peux témoigner du fait qu’il est important de développer un leadership positif, plus inclusif, ouvert et curieux sur le monde qui l’entoure.  Je suis convaincu que la mixité des profils dans les directions pourra impulser un véritable changement structurel et une évolution durable des mentalités,” témoigne Christian Nibourel, président d’Accenture en France et au Benelux et président de Passeport Avenir.

UN MOOC A LA CARTE BASÉ SUR L’INTERACTIVITÉ ET L’APPRENTISSAGE PAR ESSAI-ERREUR

Gratuit et sans contrainte de temps, ce MOOC met à disposition l’ensemble de son contenu (4 cartes, 40 capsules) dès le démarrage. Aucun parcours n’est imposé, l’apprenant commence par la carte de son choix et construit son apprentissage progressivement en fonction de ses besoins, disponibilités et sujets qu’il souhaite approfondir. Dans chaque capsule, l’apprenant se confronte d’entrée à un quiz: s’il se trompe, il accède aux éléments de réponse lui permettant d’approfondir la notion. Ainsi, l’apprenant est engagé activement et apprend en permanence de ses erreurs.

Cette approche et ce parti-pris pédagogique sont possibles grâce à DIDASK, startup spécialisée dans la pédagogie numérique qui mobilise les résultats de la recherche expérimentale en sciences cognitives, et des algorithmes de personnalisation du parcours de chaque apprenant selon ses besoins. “Nous sommes heureux d’avoir mis à disposition notre plateforme à Passeport Avenir et ses partenaires, afin qu’ils puissent y héberger leur MOOC. Didask sollicite en permanence l’attention de l’apprenant en lui demandant d’entrée de répondre à des quiz conçus par les auteurs du MOOC. Ainsi, l’apprenant identifie dès le départ ce qu’il sait et ce qu’il ne sait pas, ce qui augmente son engagement cognitif lorsqu’il accède aux explications. Avec Didask, nous avons voulu renverser complètement le rapport à l’erreur, qui constitue une étape indispensable de l’apprentissage.” explique Son Thierry Ly, fondateur et président de Didask.

Grâce à DIDASK, Passeport Avenir expérimente une nouvelle forme de transmission des savoirs, différente et innovante. Deux ingrédients qui illustrent parfaitement la jeunesse que l’on accompagne depuis 10 ans. Ce Mooc permet à l’association de prolonger sa mission d’accompagnement des jeunes issus de milieux populaires y compris dans leur parcours professionnel et de faire émerger des leaders d’entreprises différents.” explique Benjamin Blavier, initiateur du projet et fondateur de l’association Passeport Avenir.

DÉJA PLUS DE 2 000 INSCRITS

Ces premiers chiffres confirment un constat. D’un côté, il y a une faible représentation de la diversité dans les équipes dirigeantes des administrations et des entreprises françaises. Pourtant ces dernières s’accordent à dire que la diversité et la mixité des profils est un enjeu vital pour leur compétitivité et leur survie.  De l’autre, des jeunes professionnels issus de milieux populaires qui ne se projettent pas vers le leadership et s’autocensurent par manque de modèle ou peur de ne pas être légitime.

INFORMATIONS PRATIQUES

 Démarrage: le lundi 10 octobre à 9h

Toutes les cartes et capsules sont disponibles dès l’ouverture.

Durée estimée: 15h

Nombre de cartes: 4 composées entre 6 et 12 capsules.

LES CARACTÉRISTIQUES DU MOOC

1. Ouvert à tous dès le 10 octobre: Gratuit et ouvert à tous, il s’adresse à tous ceux qui souhaitent découvrir et développer leurs qualités de leadership.

2. A la carte: Ce MOOC met à la disposition des apprenants l’ensemble des contenus du MOOC dès son ouverture. Ces contenus sont totalement indépendants les uns des autres. Chaque apprenant détermine son parcours d’apprentissage et progresse à son rythme.

3. Innovant: Basé sur le concept de l’apprentissage par l’erreur, l’apprenant entame chaque nouveau chapitre avec un quiz (question à choix multiple, ordonnancement, catégorisation, matching, …) pour tester ses propres connaissances et apprendre de ses erreurs.

4. Théorique et opérationnel: Le MOOC rassemble le savoir d’experts du leadership de 3 écoles prestigieuses que sont l’ESSEC, L’EDHEC et le CNAM, et met à disposition un contenu pratique et tourné sur le monde professionnel.

5. Souple: Ouvert toute l’année, sans contrainte de temps et de durée, ce MOOC innove par sa flexibilité, sa forme d’apprentissage et les notions abordées.

LES THÈMES ABORDÉS

Carte 1 – Transformer son regard

Cette carte, centrée sur la connaissance de soi, permet d’identifier les caractéristiques internes et externes qui sont propres à chacun et la manière dont cela influence nos actions, choix, perspectives.

Une phase d’introspection pour pouvoir ensuite regarder les autres autrement.

Carte 2 – Transformer les autres

Cette carte permet de découvrir les caractéristiques du concept de leadership, d’appréhender les défis actuels des managers, d’explorer les profils et styles de leadership, de déconstruire les croyances et mythes pour mieux développer son leadership personnel. Une carte qui aborde également la notion de morale et d’éthique.

Carte 3 – Transformer l’entreprise et la société

Cette carte donne à voir l’ensemble des leviers de transformation au sein de l’entreprise, via l’intrapreneuriat social ou la mise en œuvre d’un management de la diversité par exemple, mais aussi les leviers pour impulser le changement sociétal.

Carte 4 – De la rupture à la transformation : Communiquer efficacement

Cette carte décrypte les situations de communication interpersonnelle pour mieux les maîtriser, elle permet de comprendre comment améliorer son style de communication pour pouvoir s’adapter au mieux à tout environnement et propose des méthodes d’auto-évaluation.


Cyber Wiser Light Service : Une approche intelligente de la Cyber Sécurité pour les entreprises européennes

Paris, le 31mai 2016, WISER l’initiative européenne de gestion de cyber-risques met à disposition Cyber Wiser Light, un nouvel outil gratuit disponible en ligne pour les petites ou grandes entreprises de e-commerce.  Cyber Wiser Light Service les aide  à avoir une approche de gestion du cyber risque et à mieux évaluer et traiter les risques pour protéger leurs actifs numériques.  

Cyber Wiser Light met la gestion du cyber risque au cœur du process de l’entreprise. C’est un outil simple d’utilisation  avec des fonctionnalités avancées qui améliore leur résistance aux menaces. Les PME comme les grandes entreprises peuvent avoir une vue générale de haut niveau de leur exposition aux cyber-risques avec un investissement à minima en temps et en ressources.

Une attention particulière est portée sur les petites et moyennes entreprises qui sont vitales à l’économie européenne, mais qui par manque de temps, de ressources et d’argent sont  vulnérables aux attaques. Ces arguments ne seront plus des barrières à la gestion du cyber risque avec Cyber Wiser Light qui donne aux entreprises la capacité de valider leur stratégie de cyber sécurité  d’où ils veulent quand ils le souhaitent.

Les conséquences de  cyber violation peuvent être importantes et de longue durée. Les TPE sont à la traine sur la sécurité de leurs informations. Les études montrent que beaucoup mésestiment l’impact d’une cyber attaque  sur leur entreprise. Les entreprises qui ont déjà vécu des cyber violations en connaissent les conséquences et les dommages qu’elles entrainent  sur leur marque, leur clientèle et parfois, remet en cause leur capacité de gagner de nouveaux marchés.

Pourtant, organiser la résistance des petites entreprises face au cyber crime est primordial et devrait être la priorité de leur direction.

 Avec Cyber Wiser Light Par le biais, d’un questionnaire, un profil risque est établi et les entreprises ont le choix d’effectuer un test de vulnérabilité pour évaluer leur exposition aux risques de cyber sécurité. Il y a de vraies raisons de mettre en œuvre le test. Identifier les vulnérabilités trouvées dans les infrastructures avec son estimation sur le risque d’impact est une étape qui rend les chefs d’entreprise cyber vigilants.

Des entreprises de petites et de grandes tailles ont déjà  testé le service de Cyber Wiser Light, mais ce n’est qu’un début Cyber Wiser Light  est le premier d’une série de nouveaux services qui seront bientôt disponibles. Comme l’indique Roberto Mannella, CISO de l’entreprise française Rexel Group : « Les fonctionnalités de gestion du cyber risque proposées par WISER ajoutent une couche supplémentaire  de gestion de la sécurité et de possibilité d’aide à la décision qui n’étaient pas disponible à ce jour. Pour un distributeur comme Rexel, qui a mis en œuvre une stratégie digitale multi-canal orientée client dans les secteurs en mutation de l’énergie et des services, se traduit par une gestion de la sécurité renforcée. »

Pour débuter avec Cyber Wiser Light Service: https://www.cyberwiser.eu/how-get-started-using-cyberwiser-light